Page:Gourmont - Pendant l’orage.djvu/82

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


INVOCATION

5 janvier 1915.

Je crois que c’est Léon Bloy qui a dit dans son style exaspéré qu’il n’y a pas de nom plus prostitué que celui de Dieu. En termes plus modérés, il n’y en a pas dont on abuse davantage ; c’est la grande ressource de ceux qui n’ont plus rien à dire, et l’on s’en remet à Dieu quand l’espoir raisonnable est devenu humainement impossible. Sans doute, cela est touchant dans nombre de circonstances, et je ne voudrais pas ravir aux malheureux l’expression suprême de leurs dernières angoisses. Mais quand cet appel prend des formes comiques, des formes familières et protectrices, il est impossible de ne pas en rire. Il y a une phrase du dernier manifeste de l’empereur allemand qui m’a fait cet effet-là. Elle est si drôle que je doute même un peu qu’elle ait été exactement traduite : « Confiant, dit-il, dans l’aide éclairée de Dieu… » Cet homme assurément divague. Il juge l’infini. Il lui accorde certaines qualités d’intelligence. Évidemment la prochaine fois il le nommera conseiller intime et lui