Page:Gourmont - Pendant l’orage.djvu/99

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tuent, cela est assuré. Les Anglais encore sont plus polis de beaucoup, la noblesse est fort civilisée, il y a de beaux esprits. Les Polonais sont honnêtes gens, ils aiment les Français et ont de beaux esprits : les Allemands, leur veulent un grand mal. » On voit que le caractère des nations change peu. « Esprits de bière et de poisse », esprits lourds et gluants, esprits pâteux et sans initiative, tels ils furent toujours et tels ils resteront éternellement. À propos d’esprit de bière et de poisse, je ne puis m’empêcher de remarquer avec quelle vérité et quelle verdeur, quelle hardiesse aussi, le moindre des écrivains du xviie siècle manie sa langue. C’est le charme de ces gens à perruque que leur pensée est presque toujours aussi nette que leur verbe est original.