Page:Gourmont - Sixtine, 1923.djvu/214

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


XXV.— S’EN ALLER


« Déjà il rêvait à une thébaïde raffinée à un désert confortable, à une arche immobile et tiède où il se réfugierait loin de l’incessant déluge de la sottise humaine. » HUYSMANS, À Rebours.


Moscowitch, qui s’ennuyait, solitaire en d’obscures discussions, salua l’honorable rédaction et s’excusant près d’Entragues, sortit.

— Ah ! fit Renaudeau, nous allons peut-être savoir quel est ce nouveau fabricant de littérature dramatique ?

— Je n’en sais rien moi-même, dit Entragues, ne l’ayant amené ici que par politesse internationale.

— Et pour vous en débarrasser ? dit Fortier. Mais Renaudeau ne se laisse pas facilement circonvenir. D’ailleurs, nous allons bien voir, il m’a laissé de la copie : L’Expiation volontaire, drame en huit tableaux. » Ah ! il y a une Note explicative : « À défaut de la justice sociale, la justice intérieure châtie le coupable ; l’une a pour conséquences, l’opprobre ; l’autre, la réhabilitation ; l’une abaisse, l’autre relève.— (Un point, un trait. En lettres deux fois soulignées : ) « L’EXPIATION VOLONTAIRE SANCTIFIE. »

— Eh ! dit Entragues, c’est bien puéril, mais le texte contient peut-être d’intéressants détails.

— Oui, fit Renaudeau, une forme nouvelle légitime