Page:Gourmont - Une nuit au Luxembourg, 1906.djvu/102

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ils sont nés ? Nous sommes vos frères en mortalité. Épicure le savait. Il ne considéra jamais les dieux que comme des immortels provisoires. Il n’eut pas davantage l’idée singulière d’un dieu unique, infini, éternel, etc. Cette croyance avait déjà été importée d’Asie en Grèce, mais les Grecs, ne la comprenant pas, gratifièrent en masse d’une immortalité ironique tout leur panthéon. Platon et Aristote la reprirent, essayant de la rendre raisonnable et n’arrivant qu’à en montrer mieux l’inanité philosophique. Je ne laissai pas Épicure, que j’aimais, s’égarer dans cette métaphysique. Dieu est une rêverie, charmante ou cruelle, utile ou dangereuse, selon les têtes où elle règne, mais ce n’est qu’une rêverie. Est-il nécessaire que je vous explique l’impossibilité de Dieu ? Dieu, pour les hommes, n’est pas un raisonnement, mais un sen-