Page:Gourmont - Une nuit au Luxembourg, 1906.djvu/109

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


quelquefois encore des prêtres plus méchants. Votre morale est aujourd’hui la plus basse et la plus triste qui régna jamais. L’enfer extérieur, auquel vous ne croyez plus guère, est entré dans vos cœurs, où il dévore toutes vos joies.

MOI

Oui, nous sommes tristes. La peur du péché a survécu en nous à la croyance au péché. Nous n’osons jouir de rien. Celui qui s’assied au soleil pour boire les premiers rayons du printemps, nous le méprisons, mais en ressentant de l’envie pour sa lâcheté, car nous appelons lâcheté tout loisir improductif. Quand nous ne pouvons plus travailler, nous allons regarder ceux qui travaillent.

LUI

Votre état social est un spectacle de folie.