Page:Gourmont - Une nuit au Luxembourg, 1906.djvu/136

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


MOI

Des femmes semblent bien n’avoir d’autre plaisir que celui qu’elles donnent.

ÉLISE

Je ne crois pas cela.

LUI

Chère voluptueuse, c’est pourtant vrai.

ÉLISE

C’est vrai, puisque vous le dites, mais ces femmes ne sont pas de vraies femmes.

LUI

Ce sont des femmes différentes de vous, mon amie, voilà tout. Mais je pense comme vous : les vraies femmes donnent et reçoivent à la fois.