Page:Gourmont - Une nuit au Luxembourg, 1906.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Quand vous l’aurez lu, quand vous l’aurez seulement vu, vous serez de mon avis.

Cette innocente réclame fut ponctuellement insérée dans le Temps et dans le Nouveau Courrier des Provinces, que le vieux monsieur était prié d’alimenter. J’en tirai quelques minutes d’amusement, pas autre chose.

Le voici, ce livre, et naturellement sans commentaires. Conformément aux prescriptions impératives du testament, j’en ai, non pas corrigé, mais redressé le style quand cela a été nécessaire, car Louis Delacolombe, élevé en anglais, avait gardé dans son langage quelques traces de ses années d’éducation. Je pense qu’il a été écrit au courant de la plume, et d’une main fiévreuse, en l’espace de quelques jours.

J’ai résumé dans une note finale le résultat de mon enquête personnelle. Il n’est pas