Page:Gourmont - Une nuit au Luxembourg, 1906.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Je suis certainement ivre, et cependant ma lucidité est très grande. Ivre d’amour, ivre d’orgueil, ivre de divinité, je vois clairement des choses que je ne comprends pas très bien, et ces choses je vais les raconter. Mon aventure se déroule devant mes yeux avec une netteté parfaite ; c’est une féerie à laquelle j’assiste toujours ; je suis encore au milieu des lumières, des gestes, des voix… Elle est là. Je n’ai qu’à tourner la tête pour la contempler, je n’ai qu’à me lever pour aller toucher son corps de mes mains et de mes lèvres… Elle est là. Spectateur privilégié, j’ai emporté avec moi la reine du spectacle, témoignage que le spectacle fut une des jour-