Page:Gourmont - Une nuit au Luxembourg, 1906.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Je voulus mettre ma main sur la sienne. Elle la retira et je n’eus qu’un doigt, mais je le serrai, sans résistance.

LA PETITE

Voici d’autres fleurs.

L’AUTRE

Elles vont encore se faner.

LUI

Non, elles ne se faneront pas.

LA PETITE

Là, vous voyez bien.

MOI

J’ai eu besoin de cette diversion pour m’habituer à votre discours, mon ami.