Page:Grangé et Millaud - Les hannetons.pdf/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Quatrième Tableau.

L’Elysée Montmartre. — Les toits sont couverts de neige. — C’est le soir, la place n’est éclairée que par des becs de gaz.


Scène PREMIÈRE

Divers Passants.


Musique de scène. — On voit arriver quelques passants pouvant à peine se tenir et portant des parapluies couverts de neige. — Puis la scène se vide, et on voit entrer en trébuchant madame Pontauchoux.


Scène II

MADAME PONTAUCHOUX, puis LE PRINTEMPS.



MADAME PONTAUCHOUX.
Air de la Jolie Parfumeuse.
–––––––––Mon Dieu ! que ça glisse !
–––––Ah ! que de zig-zags ! que de faux pas !
–––––Je n’ai jamais vu l’ trottoir si lisse.
–––––––––Mon Dieu que ça glisse,
––––––––––Maudit verglas !
––––––Sapristi ! c’est pour mon amant
––––––Que je vais me casser la tête !…
––––––Sapristi ! que ça vous rend bête,
––––––D’avoir ainsi du sentiment !

LE PRINTEMPS, il entre en glissant.
––––––Ah ! vous voilà, femme candide !
––––––Ah ! que le temps m’a paru long !

MADAME PONTAUCHOUX.
––––––Vous n’avez pas l’air très-solide !

LE PRINTEMPS.
––––––Et vous n’avez pas l’air d’aplomb !

MADAME PONTAUCHOUX.
––––––––––Tenez-vous donc !

LE PRINTEMPS.
––––––Ah ! sapristi ! tenez-moi donc !

MADAME PONTAUCHOUX.
––––––Ah ! sapristi ! tenons-nous donc !

REPRISE ENSEMBLE.
–––––––––Mon Dieu ! que ça glisse !
–––––––––––––Etc., etc.

A la fin de l’ensemble ils tombent.


MADAME PONTAUCHOUX.

Je crois que nous serions mieux par terre !