Page:Grave - L’Anarchie, son but, ses moyens.djvu/259

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


XIX

LE SYNDICALISME, LA COOPÉRATION ET LA PROPAGANDE ANARCHISTE

Revirement des anarchistes. — Double erreur. — Les coopératives. — Adaptation des syndicats à leur besogne actuelle. — La foule ne voit que le fait présent. — Pas de finasseries. — Nécessité pour les anarchistes de s’isoler. — Inconvénients. — Facilité à retomber dans la politique. — Diplomates de réunions. — Maladresses. — Souplesse à acquérir. — Notre propagande n’a que des résultats éloignés. — Ce sont les individus que nous devons convertir et non les groupements. — La défense des salaires est légitime en l’état actuel. — Nécessité pour les anarchistes de se faire connaître des travailleurs.

Chez les anarchistes, également, il s’est fait un revirement en faveur de l’idée syndicale. L’ennui, d’abord, des discussions théoriques, le besoin de « faire quelque chose », qui en découlait, une nouvelle orientation des groupes corporatifs qui, commençant à répudier la politique, s’essaient à rechercher les moyens de s’émanciper économiquement.

Mais comme toutes les réactions qui s’opèrent à la