Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


est en train de réfléchir à tous les livres qu’il a vus, se demandant celui auquel il devra donner la préférence. Il en veut un avec des gravures, de belles images coloriées. Son imagination lui retrace tout un océan de volumes, parmi lesquels il ne sait où reposer sa préférence.

Cela peu à peu finit par devenir vivant et animé : Peau d’Âne, Don Quichotte, Ali-Baba, le Chaperon-Rouge, l’Oiseau Bleu dansent une sarabande effrénée autour de lui. C’est au milieu d’un peuple de fées, de génies, de lutins, d’enchanteurs, de gnomes, de farfadets, d’oiseaux fabuleux, de fleurs fantastiques qu’il s’endort, perdant la notion du réel.

Sa mère est en butte aux fureurs de la fée Carabosse ; son père tient prisonnier l’enchanteur Abracadabra et le force à fabriquer, pour Nono, un livre dont les personnages, dans les illustrations, parlent et remuent. Sa sœur Cendrine et son frère Titi sont changés en petits cochons roses par la fée Mélusine, et lui,