Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/275

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Pour les chasser de son cerveau, le prisonnier se promenait de long en large dans sa cellule en comptant les dalles, mais cela n’empêchait pas ses pensées de lui revenir en foule.

Puis bientôt fatigué de cet exercice, il allait s’asseoir sur sa pierre, la tête entre les mains, se posant toujours les mêmes questions. Mais l’impatience le remettait vite debout pour recommencer sa promenade d’ours en cage.