Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/322

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Penmoch secoue la tête de haut en bas, en signe d’affirmative.

— Eh bien ! alors, pourquoi ne me désignez-vous pas les personnes aimables qui sont dans la société ?

Le cochon secoua la tête en signe de dénégation.

— Vous ne voulez plus travailler ? fit Hans qui avait bien compris que Penmoch n’avait pas trouvé de personne aimable, mais préféra ne pas traduire la réponse.

Les invités firent semblant de s’extasier devant la gentillesse de l’artiste à quatre pattes, mais ils riaient jaune ; la maîtresse de la maison surtout. Et les trois artistes prirent congé au milieu d’un froid.

Lorsqu’ils furent sur la route pour se rendre à l’auberge qu’on leur avait indiquée, Hans s'adressant à son cochon, lui dit :

— Heureusement, M. Penmoch, que notre amie Solidaria nous a garni notre bourse avant de partir ; autrement votre intransigeance risquerait fort de nous faire mourir de faim.