Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/68

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


baiser, ou une bonne parole, si vous vous jetez ainsi sur moi, vous allez me faire tomber.

C'est une surprise que je vous réservais : Voyez, je suis allée vous chercher un nouveau camarade. Je compte sur vous pour le mettre au courant de notre genre de vie, et la lui rendre assez agréable pour qu'il s'y plaise.

Mais, une dernière recommandation, ajouta-t-elle, en se tournant vers Nono, ne t'éloigne jamais trop de tes camarades. Notre ennemi, Monnaïus, roi d'Argyrocratie, envoie ses émissaires rôder dans les bois qui entourent notre petit domaine ; ses janissaires s'emparent, pour les mener en esclavage, des imprudents qui se mettent hors de portée d'être secourus. »

Puis, ayant adressé un dernier sourire d'encouragement aux enfants, elle disparut dans un nuage qui la déroba à leurs yeux.

Les enfants s'étaient dispersés ; quelques-uns pourtant étaient restés à examiner le nouvel arrivant.

— Comment t'appelles-tu ? fit, en s'adressant à Nono, une petite fille à l'air futé, jeune