Page:Gregory - En racontant, 1886.djvu/112

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
106
EN RACONTANT

mort à côté du cadavre de mon père. Mon procès a été pour meurtre, et le juge m’a dit que je n’avais point le droit de prendre en main la loi, puis il m’a condamné à passer ici le reste de ma vie. J’ai été ici trois ans avant de devenir homme de confiance, et il y aura bientôt deux ans que j’ai reçu ce titre.

Le cas de ce pauvre jeune homme est certainement pénible, et c’est pourquoi on lui montre beaucoup de sympathie. Les gardiens me diront qu’ils s’attendaient à recevoir bientôt du gouverneur de l’État la grâce de Charlie.

En utilisant les services de ses prisonniers, comme je viens de l’expliquer, l’État de la Floride fait une économie de plus de $12,000 par année, pour entretien et surveillance, et cela au moyen de $15 d’affermage par tête. De cette manière, la compagnie du chemin de fer a toujours à sa disposition un certain nombre d’hommes qu’elle peut contraindre au travail, et c’est de cette manière que se construit la plus grande partie du chemin, la Georgie ayant adopté le même système pour sa part de travaux dans la voie ferrée passant entre les deux États. On est bien obligé d’avoir recours au travail libre en sus du travail forcé ; mais on ne peut guère compter sur cette ressource, vu que les nègres ne travaillent que quand ils ne peuvent faire autrement ; et, quant aux blancs, ils sont peu nombreux et n’aiment pas, d’ailleurs, à travailler avec les enfants de la race éthiopienne.