Page:Grillet - Les ancêtres du violon et du violoncelle, 1901,T2.djvu/393

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Stork. — Strasbourg, 1775. Étiquette relevée dans un violon ordinaire :

Stork à Strasbourg
1775.

En 1784, il y avait un J. Reinhart Storck, facteur d’instruments de musique, « Au concert des cigognes, près le pont du Corbeau », à Strasbourg. Était-ce le même ?

Sulot (Nicolas)}}. — Dijon. En 1829. il prit un premier brevet pour des violons et basses à tables ondulées : et un second en 1839, pour un violon à double écho, lequel avait trois tables.

Thériot (J.-B.). — Paris. 1783.

Thibout fils. — Caen, 1774. Étiquette manuscrite :

Racommodé par Thibout fils
md luthier rue Saint-Jean à Caen
1774.

Thibout (Jacques-Pierre). — Paris, 1807-1856. Luthier de valeur. Né à Caen, le 16 septembre 1779. Sans doute le fils du précédent. Il entra chez Koliker, à Paris, en 1796 ; s’établit vers 1807 rue Montmartre, 24 ; et alla habiter en 1810 rue Rameau, 8, qu’il ne quitta plus. L’Académie des Beaux-Arts approuva ses violons en 1820 [1].

Étiquette Jacques-Pierre Thibout — 1835 - T2p381.png

Ses talents lui valurent d’être nommé luthier de l’Opéra :

Étiquette Jacques-Pierre Thibout luthier de l’Opéra — sans date - T2p381.png
  1. Moniteur universel, 1820, p. 634.