Page:Groulx - L'appel de la race, 1923.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



À mon père et à ma mère,
toute la lignée des bons laboureurs,
mes ancêtres qui, par leur
simple et grande vie,
m’ont appris de quoi est faite
la noblesse de notre race.