Page:Groulx - Mes mémoires tome II, 1971.djvu/170

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


166 MES MÉMOIRES Que va-t-il faire dans les chantiers ? A-t-il obtenu un emploi dans quelque bureau ? S’en va-t-il chercher un sujet de roman ? Je puis mettre Georges Pelletier sur sa piste. Quelques jours plus tard, j’apprends le départ de Léo-Paul Desrosiers pour Ottawa. Combien cette décision lui a dû coûter, je me l’imagine un peu. Réussirait-il en son nouveau et dangereux poste ? C’est alors tâche harassante que celle de correspondant parlementaire du Devoir à Ottawa. Le journal n’exige pas moins de cinq lettres par semaine. J’attends avec inquiétude la première du nouveau corres¬ pondant. Elle me paraît pénible, d’un français plutôt embarras¬ sé. Mais elle a paru un vendredi. Le journaliste aura la fin de semaine pour préparer sa deuxième lettre. Le dimanche, le ha¬ sard de sa promenade le conduit sur la colline parlementaire. En arrière des édifices du Parlement, il aperçoit, braqués sur Hull, vers la rive québécoise, une rangée de canons, gueule ouverte. Une image dramatique se dresse en son esprit. Nous sommes à la phase violente de la crise scolaire franco-ontarienne. Les ca¬ nons, en un tel lieu, face à la rive française, évoquent le duel des races au Canada. Un splendide article jaillit de la plume du journaliste-novice, article plein d’émotion, plein de la terrible réalité historique et qui se coiffe de ce titre: « L’Appel aux ar¬ mes ». Léo-Paul Desrosiers a gagné la partie haut la main. Il fera du journalisme, sans beaucoup se réconcilier avec le métier. Pendant huit ans, il tournera sa meule. H ne fera pas oublier les « Lettres d’Ottawa » de Georges Pelletier, aux premières années du Devoir, lettres si vivantes, si étoffées. Desrosiers n’en sera pas moins un correspondant parlementaire remarquable, l’es¬ prit ouvert à tous les problèmes et les abordant avec une suffi¬ sante compétence. Il reste cependant le rêveur d’hier qui ambi¬ tionne toujours une fonction moins absorbante, moins ravageuse pour l’esprit. Aux premiers moments libres, il se remet à fleure- ter avec la littérature d’imagination. Le 1er février 1922, en mê¬ me temps qu’il m’annonce son prochain mariage avec Mlle Tar¬ dif (Michelle Le Normand) pour le mois de juin, il termine sa lettre par cette note mêlée d’optimisme et de pessimisme: L’intérêt que vous avez toujours pris à mon avenir et le soin que vous avez toujours eu de me favoriser en toutes circonstan¬ ces me touchent bien vivement, veuillez le croire, mais puisque