Page:Groulx - Mes mémoires tome II, 1971.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
21
troisième volume 1920-1928
et à nos cœurs, parce qu’en elle seule les nations atteignent les fins de Dieu et qu’avant tout nous voulons, comme catholiques, que notre peuple accomplisse sa destinée chrétienne. Et c’est parce que nous sommes convaincus que, même dans l’ordre chrétien, un peuple ne remplit pleinement sa mission que s’il reste soi-même ; c’est parce que nous croyons que l’œuvre du peuple canadien-français sera d’autant plus large et féconde qu’il aura mieux sauvé sa parcelle d’originalité, les principes d’action qui lui sont propres : ses admirables qualités latines et apostoliques, ses affinités avec le catholicisme, c’est pour toutes ces hautes raisons que nous voulons le garder français.

Ainsi, en janvier 1921, proposais-je, « au large public de L’Action française…, à tous nos frères des autres provinces canadiennes et des États-Unis », le problème de la survivance nationale. On s’étonnera peut-être que je n’aie pas repris, en cet article-programme, le thème de la synthèse vitale. Il sera bon de se rappeler que cette déclaration doctrinale paraissait dans le numéro même où, sous la signature d’Édouard Montpetit, la revue inaugurait son importante enquête sur « Le problème économique ». C’était l’un des éléments de la synthèse. On notera aussi que, dans le numéro précédent, celui de décembre 1920, j’avais écrit, pour la même enquête, l’article-manifeste.

L’article sur « Notre doctrine » se terminait par un avertissement qui, hélas, n’a rien perdu de son opportunité :

Nous ne nous flattons point d’espérances chimériques. Il faut plus longtemps qu’une vie humaine pour faire triompher une doctrine, pour mettre d’accord les hommes d’une même patrie, sur quelques points fondamentaux.

Mais qu’apportait de neuf, d’original, l’Action française ? Pour réaliser son vaste et difficile programme, saurait-elle trouver ses propres voies et moyens, faire preuve d’assez de lucidité d’esprit et d’énergie ? Cest ce que nous allons voir. On voudra bien retenir tout de suite que nous appliquerons désormais à ce mouvement les seuls noms d’Action française et de Ligue d’Action française.