Page:Groulx - Mes mémoires tome II, 1971.djvu/274

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


270 MES MÉMOIRES mauvais maîtres, aux écoles de déformation. Je retrouve des tra¬ ces de cette préoccupation dans l’article dont je parlais il y a un instant: Il faut sans retard faire la révision de nos valeurs intellectuelles; il faut chercher avec ardeur et conscience si les idées qui pal¬ pitent au cerveau de la race, sont de cette qualité qui inspire les déterminations victorieuses... ... Nous n’avons que faire d’œuvres et d’esthétiques qui ne servent point la culture française et qui, par cela même, ne sont point de l’art ni n’en peuvent créer. Sur la santé de l’esprit et sur les moyens de la préserver, j’insistais plus expressément dans « Nos responsabilités intellectuelles », con¬ férence prononcée le 9 février 1928, à la salle Saint-Sulpice de Montréal, à la soirée des « Prix d’action intellectuelle » *. J’y disais (le morceau est un peu long mais indispensable pour le moment) : Une culture n’a le droit de vivre que si elle a prouvé son apti¬ tude à vivre. Autant dire que notre littérature est obligée à la bonne tenue, et, sans doute aussi, à l’esthétique du bon sens. Libre aux vieux peuples riches de chefs-d’œuvre et parvenus à la période de surproduction de se payer des luxes et des fan¬ taisies de décadence. Pas les pauvres ni les débutants que nous sommes. Emprunter à certaines littératures européennes leurs excentricités anarchiques, leur manie du compliqué et du bi¬ zarre, moyen infaillible d’en rester à l’impuissance et à la litté¬ rature solitaire. Le rêve nous hante parfois de produire enfin le chef-d’œuvre qui révélera au monde le génie d’une race. Garder nos esprits en santé voilà pour donner au rêve sa meil¬ leure chance. Car, voici bien une présomption de quelque va¬ leur contre toute esthétique individualiste et anarchique que, depuis 5 à 6,000 ans qu’il y a des hommes et qui écrivent, la critique n’ait daigné inscrire au catalogue des œuvres immor¬ telles que celles-là qui respectent l’humanité, c’est-à-dire le sens moral, mais d’abord ce par quoi l’homme est homme: la hiérar¬ chie essentielle des facultés.

  • Conférence publiée en partie dans L’Action française (XIX: 81-96),

publiée intégralement en brochure et reproduite dans mon volume Orien¬ tations, 11-55.