Page:Groulx - Mes mémoires tome II, 1971.djvu/68

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
68
mes mémoires

rait une maquette pour un monument à Hippolyte LaFontaine ; sur le socle, il désirait inscrire une phrase lapidaire, phrase empruntée au discours de l’homme d’Etat canadien-français, pour la défense de la langue française. Henri d’Arles me priait de fournir cette phrase au sculpteur. Je saisis l’occasion au vol. Je n’étais pas encore directeur de L’Action française. Mais dès lors je m’efforçais d’attirer à notre œuvre les intellectuels les plus réputés et les plus sains du Canada français. J’offris à Henri d’Arles de collaborer à la revue. Il me répondit tout de suite :

Votre invitation à collaborer à L’Action française m’honore et me touche beaucoup, et je vous prie de recevoir ici l’expression de ma gratitude. C’est avec plaisir que j’accepte.

Il allait devenir, non seulement l’un de nos conférenciers, mais pendant plusieurs années, le critique littéraire, en quelque sorte attitré de la revue.

À l’automne de 1920, Henri d’Arles, notre conférencier de cette année-là, nous arrivait donc au presbytère du Saint-Enfant-Jésus. L’abbé Perrier, toujours hospitalier, lui offrait chambre et couvert. C’est là que je pus connaître l’homme et le voir de très près. À Montréal, proche des bibliothèques, au presbytère en une solitude respectée, à quelques pas de mon propre cabinet de travail, il pourrait à loisir bâtir ses conférences. Il se mit à l’œuvre diligemment. Selon sa coutume, il travaillait tout l’avant-midi et se réservait l’après-midi pour « refaire son plein d’essence ». Il se rendait aux bibliothèques, allait visiter les églises, les musées, allait aussi flâner dans les ateliers d’artistes.

Il débutait à la salle Saint-Sulpice le 11 novembre au soir. Son étude sur Nos historiens ne devait être, sans doute, en son esprit, que le début de toute une histoire de la littérature canadienne-française. Sa première conférence a pour titre : « Considérations générales sur la littérature canadienne ». Ce soir de novembre, la série Henri d’Arles s’ouvre avec quelque solennité. Mgr Georges Gauthier a accepté la présidence d’honneur de la soirée. Antonio Perrault, présente le conférencier de l’Action française. Toute la classe de Rhétorique du Collège Sainte-Marie est là. Ces jeunes gens ont retenu leur billet pour l’entière série et viendront chaque soir y chercher le thème d’un devoir de classe. Henri d’Arles ne déçoit point son auditoire. Il fait mon-