Page:Grout - Passage de l'homme, 1943.djvu/74

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
72
PASSAGE DE L’HOMME

faites d’elle ne valent pas cher : les grands messieurs des villes, quand ils parlent des choses, on croirait qu’ils ne les voient pas. Je vous dis ça, et je ne pense pas, moi-même, pouvoir vous dire ce qu’était Claire. On a trop vécu côte à côte. Tout ce que je sais, c’est qu’elle était meilleure que moi. Moi, je comptais, je soupesais, j’étais quelqu’un d’assis devant le monde, et qui ouvrait ses yeux bien grands, et qui épiait, et qui regardait derrière soi ; elle, elle était quelqu’un qui n’était pas quelqu’un. Elle n’était pas devant le monde, non, elle faisait partie du monde.

Mais, vous voyez, tout ce que je vous dis, ça n’a pas de sens. Il vaut mieux que je continue. À force d’entendre répéter son nom, vous finirez par la connaître. N’ayez pas peur de la rêver : elle était plus belle que nos rêves. Et l’Homme aussi : c’étaient des créatures de Dieu.