Page:Guillot - Le dit des rues de Paris (1300), préface, notes et glossaire de Mareuse, 1875.djvu/110

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


La rue Garnier-deſus-l’Yaue[1]
Trouvai, à ce mon cuer s’atyre ;
Puis la rue du Cimetire
Saint-Gervais[2], & puis l’Ourmetiau[3],
Sanz paſſer foſſe ne ruiſſiau,

    cette dernière rue ; les femmes de mauvaise vie qui l’habitaient lui firent donner le nom de cul-de-sac Putigneux.

  1. De la rue Forgier l’Anier à la rue Saint-Jehan de Grève.

    Cette rue doit son nom à un nommé Garnier, qui avait donné aux Templiers quelques maisons. Devenue rue André sur l’eau, elle reprit son nom primitif, que l’on écrit actuellement rue Garnier sur l’eau.

  2. De la ruelle Saint-Jehan à la Grant rue de la Porte-Baudeer.

    Elle prit le nom que lui donne Guitlot, parce qu’elle était voisine d’un cimetière. On l’a appelée rue du Pourtour-Saint-Gervais, parce qu’elle longeait les côtés et la face de cette église. En 1865, elle fut réunie à une partie de la rue Saint-Antoine pour former la rue François-Miron.

  3. Situé devant l’église Saint-Gervais.

    Il devait son nom à l’orme qui obstruait l’entrée de Saint-Gervais. C’était l’usage de planter un arbre devant l’église, pour que les fidèles pussent se réunir après la messe et s’entretenir de leurs affaires privées.