Page:Guillot - Le dit des rues de Paris (1300), préface, notes et glossaire de Mareuse, 1875.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Juſques en la rue Poupée[1].
Adonc ai ma voie adrecée,
En la rue de la Barre[2] vins,
Et en la rue à Poitevins[3],
En la rue de la Serpent[4],
De ce de riens ne me repent ;
En la rue de la Platrière[5],

  1. De la rue de la Harpe à la rue Saint-Andri.

    Appelée aussi Popée, cette voie subsista sous le même nom jusqu’en 1862, époque où elle disparut pour le prolongement de la rue Saint-Séverin.

  2. De la rue Saint-Andri à la rue à Poitevins.

    Cette voie publique s’appela quelque temps rue du Chevet-Saint-André, parce qu’elle passait derrière l’église de ce nom. Au seizième siècle, elle a été réunie à la rue Hautefeuille.

  3. De la rue Hautefeuille à la rue de la Platrière.

    Cette rue, appelée antérieurement Guy-le-Queux, fut scindée en deux au quinzième siècle, et la partie en retour d’équerre sur la rue de la Platrière, devint successivement rue du Pet, rue du Petit-Pet et rue du Gros-Pet.

  4. De la rue de la Harpe à la rue Hautefeuille.

    Son nom lui vient des sinuosités qu’elle décrivait autrefois. C’est actuellement la rue Serpente.

  5. De la rue Hautefeuille à la rue Cauvain.

    Cette voie prit plus tard le nom de Haute-Rue,