Page:Guillot - Le dit des rues de Paris (1300), préface, notes et glossaire de Mareuse, 1875.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Et la rue Pavée-Goire,[1]
La bui-ge de bon vin de beire.
En la rue Saint-Nicolas
Du Chardonnai[2] ne fu pas las.
En la rue de Bièvre[3] vins ;
Iluecques i petit m’aſſis.
D’iluec en la rue Perdue[4]

    Paon-Saint-Victor, nom qu’elle a gardé jusqu’à sa disparition (1866.)

  1. De la rue Saint-Vitor à la rue Traversainne.

    Cette rue était appelée rue Pavée ; Guillot a sans doute ajouté le mot goire pour la rime, à moins que ce mot ne fût un synonyme d’andouille, car la rue s’est quelquefois appelée rue Pavée d’Andouilles. Au dix-septième siècle, elle a pris le nom de rue du Murier. Elle a disparu comme les précédentes en 1866.

  2. De la rue Saint-Vitor à la rue Traversainne,

    Cette rue doit son nom à l’église Saint-Nicolas du Chardonnet, vis à vis de laquelle elle est située. Le nom de l’église vient de ce qu’il y avait autrefois beaucoup de chardons en cet endroit.

  3. De la Saine à la rue Saint-Vitor.

    Le nom de cette rue vient de ce que la rivière de Bièvre avait autrefois, à son extrémité, son embouchure dans la Seine.

  4. De la Saine à la place Maubert.

    Cette rue s’appela, vers le dix-septième siècle, rue