Page:Guillot - Le dit des rues de Paris (1300), préface, notes et glossaire de Mareuse, 1875.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Où ſe nourriſſent maint grant ras.
En près eſt rue de l’Eſcole,[1]
La demeure dame Nicole ;
En cette rue, ce me ſamble
Vent-on & fain & fuerre enſamble,
Puis la rue Saint-Julien[2]
Qui nous gart de mauvais lien.
M’en reving en la Bucherie[3]

    partie la plus près de la Seine s’est appelée rue des Petits Degrés.

    Depuis 1829. elle se nomme en son entier rue de l’Hôtel Colbert, en mémoire de l’hôtel que Colbert possédait en cette rue.

  1. De la rue de la Bucherie à la rue Gallande.

    Cette rue a pris successivement les noms de rue des Escoliers, rue des Escoles, rue au Feurre. Ce dernier nom venait de ce que les écoliers, durant leurs leçons, s’asseyaient sur la paille, appelée Feurre en vieux langage.

    De la rue du Feurre, on a fait par altération rue du Fouarre, nom qui subsiste encore aujourd’hui.

  2. De la rue de la Bucherie à la rue Gallande.

    Cette rue doit son nom au prieuré Saint-Julien-le-Pauvre, situé au n° 11 de cette rue.

  3. De la place Maubert à la Grant-rue.

    Le nom de Bucherie vient du port aux bûches, situé près de là.