Page:Gustave Flaubert - Œuvres de jeunesse, I.djvu/118

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


science et lasse que d’autres ne se laissent point prendre a tes discours !

Ils sortirent aussitôt, et l’escalier résonnait encore du bruit de leurs pas que Beatricia contemplait, par sa lenétre, les étoiles qui brillaient au ciel et la lune qui argentait les toits de Florence.

II

Rentré chez Cosme, son père, Garcia ne put l’ermer l’œil de la nuit ; il se leva, nlen pouvant plus, car la fièvre battait avec violence dans ses artères, et il rêva toute la nuit à la prédiction de Beatricia. ’ Je ne sais si, comme moi, vous êtes superstitieux, mais il Faut avouer qu’il y avait dans cette vieille femme aux longs cheveux blancs, dans son costume, dans toute sa personne, dans ses paroles sinistres, dans cet appareil lugubre qui décorait son appartement avec des crânes humains et avec des c eveux d’ex écu tés, quelque chose de Fantastique, de triste, et même dl effrayant qui devait, au XVIl° siècle, en Italie, à Florence, et la nuit, eilrayer un homme tel que Garcia de Médicis.

Il avait alors vingt ans, c’est-a-dire que depuis vingt ans il était en proie aux railleries, aux humiliations, aux insultes de sa Famille. En ellet, c’était un homme méchant, traître et haineux ne Garcia de Médicis, 4 mais qui dit que cette méèlhanceté maligne, cette sombre et ambitieuse jalousie ui tourmentèrent ses jours, ne prirent pas naissance dans toutes les tracasseries qu’il eut à endurer ?

Il était Faible et malaclif’, François était Fort et robuste ; Garcia était laid, gauche, il était mou, sans énergie, sans esprit ; François était un beau cavalier aux elles manières, c’était un galant homme, il maniait habilement un cheval et l’orçait le cerf’aussi aisé-