Page:Gustave Flaubert - Œuvres de jeunesse, I.djvu/131

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


méclecin, est-il possible qu’un homme tué de la peste ait de si larges balafres ? Et il lui montrait les blessures de Garcia. — Oui... quelquefois... ce sont des ventouses. Et l’on 11entendait que le chant des morts et le glas Funébre des cloches qui gémissaient par les airs. FIN. MORALITÈ. Car à toutes choses il en l’aut. 9-