Page:Gustave Flaubert - Œuvres de jeunesse, I.djvu/183

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


— Non.

— N’est-ce pas, Julietta, que tu aimes l’êglise et son encens, sa ha)ute neF, ses murailles noircies et ses chants mystiques. ’

— Non. ’

— Tu aimes la mer, les coquilles au rivage, la lune au ciel et des rêves dans tes nuits ? — Oh ! oui ! j’aime tout cela.

— Et qu’y rêves-tu dans tes nuits, Julietta ? — Que sais—’e ?

Et elle devint] toute pensive.

— N’est-ce pas que tu souhaites une autre Vie, des voyages lointains ? n’est-ce pas que tu voudrais être la Feuille de rose pour rouler dans l’air, être l’oiseau qui vole, le chant qui se perd, le cri qui s’êlance ? n’est-ce pas que le duc Arthur est beau, riche et puissant ? Et lui aussi, il aime les rêves, les sublimes extases. Oh ! qu’il vienne ! qu’il vienne ! continua-t-il tout bas, qu’il vienne ! elle l’aimera et d’un amour chaud, brûlant, entier, ils se perdront tous deux. » l..a lune roulait sous les nuages, elle éclairait la montagne, la vallée et le vieux château gothique, dont la sombre silhouette se dessinait au clair de lune comme un Fantôme sur le mur du cimetière. — Levons-nous, dit l’inconnu, et marchons ! l’étranger prit Julietta. et l’entraîna sur ses pas, les vaches bondissaient, galopaient dans les champs, elles couraient, éperclues, les unes après les autres, puis revenaient autour de Julietta en sautant et en dansant ; on n’entendait que le bruit de leurs as sur la terre et la voix du cavalier aux êperons cl ? or qui parlait pt parlait îouiours d’un’spn régulier comme qn or ue. l avait on tem s uis marchaient ainsi, e chëmin êirait Facile, gt ilspmciirchaient rapidement sur l’herbe Fraîche, glissante sous les pieds comme une glace polie. Julietta était Fatiguée, ses jambes s’aFFaissaient sous son cor s.-