Page:Gustave Flaubert - Œuvres de jeunesse, I.djvu/222

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


voir s’il pouvait y avoir un métis de singe et d’homme. Moi, j’avais à me venger d’une petite sotte de négresse, et voilà qu’un jour, après mon retour de ia chasse, je trouve mon singe, que i’avais enfermé dans ma chambre avec l’esclave, évadé et parti, l’esclave en pleurs et toute ensanglantée des griffes de Bell. Quelques semaines elle sentit des douleurs de ventre et des maux de cœur. Bien ! Enfin, cinq mois après, elle vomit pendant plusieurs jours consécutifs, j’étais pour le coup presque sûr de mon affaire. Une fois elle eut une attaque de nerfs si violente qu’on la saigna des quatre membres, car j’aurais été au désespoir de la voir mourir ; bref, au bout de sept mois, un beau jour elle accoucha sur le fumier. Elle en mourut quelques heures après, mais le poupon se portait à ravir, j’étais, ma foi, bien content, la question était résolue. J’ai envoyé de suite le procès-verbal à l’Institut et le ministre, à sa requête, m’envoya la croix d’honneur.

— Tant pis, mon cher Paul, c’est bien canaille maintenant.

— Raison d’écolier ! ça plaît aux femmes, elles regardent ça en souriant pendant qu’on leur parle. Enfin j’élevai l’enfant, je l’aimai comme un père.

— Ah ! ah ! fit un monsieur qui avait des dents blanches et qui riait toujours, pourquoi ne l’avez-vous pas amené en France dans vos autres voyages ?

— J’ai préféré le faire rester dans sa patrie jusqu’à mon départ définitif, d’autant plus que l’âge fixé par le pari était seize ans, car il fut conclu la première année de mon arrivée à Janeiro ; bref j’ai gagné Mirsa, j’ai eu la croix à vingt ans, et de plus j’ai fait un enfant par des moyens inusités.

— Infernal ! dantesque ! dit un ami pâle.

— Risible ! cocasse ! dit un autre qui avait de grosses joues et un teint rouge.

— Bravo ! dit le cavalier.

— À faire crever de rire ! dit, en se tordant de