Page:Gustave Flaubert - La Tentation de Saint-Antoine.djvu/109

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Damis.

Vous avez eu bien tort, par exemple !

Apollonius.

L’empereur, pendant la nuit, me fit appeler à sa maison. Il jouait aux osselets avec Sporus, accoudé du bras gauche, sur une table d’agate. Il se détourna, et fronçant ses sourcils blonds : « pourquoi ne me crains-tu pas ? me demanda-t-il. — Parce que le dieu qui t’a fait terrible m’a fait intrépide » , répondis-je.

Antoine
à part :

Quelque chose d’inexplicable m’épouvante.

Silence.
Damis
reprend d’une voix aiguë :

Toute l’Asie, d’ailleurs, pourra vous dire…

Antoine
en sursaut :

Je suis malade ! Laissez-moi !

Damis.

Écoutez donc. Il a vu, d’éphèse, tuer Domitien, qui était à Rome.

Antoine
s’efforçant de rire :

Est-ce possible !