Page:Gustave Flaubert - La Tentation de Saint-Antoine.djvu/111

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Antoine
à part :

comme lui !

Damis
très haut :

absolument !

Antoine.

Oh ! non ! Vous mentez, n’est-ce pas ? vous mentez !

Apollonius.

Il est descendu du ciel. Moi, j’y monte, — grâce à ma vertu qui m’a élevé jusqu’à la hauteur du principe !

Damis.

Thyane, sa vie natale, a institué en son honneur un temple avec des prêtres !

Apollonius
se rapproche d’Antoine et lui crie aux oreilles :

C’est que je connais tous les dieux, tous les rites, toutes les prières, tous les oracles ! J’ai pénétré dans l’antre de Trophonius, fils d’Apollon ! J’ai pétri pour les Syracusaines les gâteaux qu’elles portent sur les montagnes ! j’ai subi les quatre-vingts épreuves de Mithra ! j’ai serré contre mon cœur le serpent de Sabasius ! j’ai reçu l’écharpe des Cabires ! j’ai lavé Cybèle aux flots des golfes campaniens, et j’ai passé trois lunes dans les cavernes de Samothrace !