Page:Gustave Flaubert - La Tentation de Saint-Antoine.djvu/263

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


découvre son bras amaigri, où résonne un bracelet de corail ; elle a sous les yeux des bourrelets rouggs, sur la joue des marques de morsure, aux bras des traces de coups. Elle s’appuie en pleurant sur l’épaul d’un homme chauve, habillé d’une grande robe de même couleur rouge. Il a une longue barbe grise et tient à la main un petit vase de bronze qu’il dépose à terre.

ANTOINE.

Elle paraît jeune, et l’homme qui l’aide à marcher c’est son père sans doute. Simon Le Magicien à Hélène. Arrête-to. Hélène gémissant sur le sein de Simon. Père ! Père ! J’ai soif ! Simon. Que ta soif soit passée ! Hélène. Père, je voudrais dormir ! Simon. éeille-toi ! Hélène. Oh ! Père, quand pourrai-je m’asseoir ? Simon. Debout ! Debout !

ANTOINE.

Comme vous la traitez ! Qu’a-t-elle donc fait ? Simon appelant trois fois. Ennoïa ! Ennoïa ! Ennoïa ! Il demande ce que tu as fait ? Dis-lui ce que tu as à dire.