Page:Gustave Flaubert - La Tentation de Saint-Antoine.djvu/300

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Damis. à la fin le maître lui dit : " ô beau jeune homme, favori des belles dames ; tu caresses un serpent, un serpent te caresse, à quand les noces ? Nous allâmes tous à la noce.

ANTOINE

se dépitant. J’ai tort, j’ai tort, bien sûr, d’écouter tout cela. Damis. Dès le vestibule, des serviteurs en grand nombre se remuaient, des portes se fermaient, s’ouvraient, mais on n’entendait ni le bruit des pas ni le bruit des portes. Le maître alors se plaça à côté de Ménippe et lui dit quelques mots à l’oreille ; aussitôt la fiancée s’emporta en injures contre les philosophes et voulut courir vers son amant, mais la vaisselle d’or qui était sur les tables disparut, les échansons, les cuisiniers et les pannetiers disparurent, le toit de la maison s’envola, les murs tombèrent, et Apollonius resta seul sur un banc avec Ménippe, ayant à ses pieds cette femme qui pleurait ; elle le conjurait de ne pas la forcer à avouer son nom, il la pressait sns relâche ; à la fin elle confessa qu’elle était un vampire qui assasiait d’amour les beaux jeunes hommes, afin de pouvoir se nourrir de leur chair, parce que rien en effet n’est plus sain pour ces sortes de fantômes que le sang des amoureux. Apollonius. Si tu veux savoir l’art de…

ANTOINE

vivement. Non, je ne veux rien savoir du tout. Laissez-moi ! Allez-vous-en, vous dis-je ! Damis. Mais quel mal donc t’avons-nous fait ?

ANTOINE

à part. Aucun jusqu’à présent, il est vrai, mais… non ! Qu’ils s’en aillent ! … après tout, ils ont peut-être bientôt fini.