Page:Gustave Flaubert - La Tentation de Saint-Antoine.djvu/346

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Le Diable. à la charge ! à la charge ! Péchés immortels, vieux comme le monde et jeunes comme l’aurore ! Les Péchés. Qui nous empêche ? Come le flot sur le rivage nous avançons et nous reculons, mais nous le découperons des golfes inégaux, nous dévorerons les continents, et dans ces calmes lieux où fleurissent comme des lis les blanches béatitudes, tourbillonneront plus tard des gouffres sans fond. Le Diable. Détruisez, ravagez, corrompez, souillez ! En avant l’orgueil ! Hardi, colère ! Les Péchés. Jetons-les par la fenêtre, cassons leurs os ! Comme à travers une lanterne mince on voit en elles vaciller leurs âmes, éteignons-la de nos haleines.

ANTOINE.

Résistez toujours, ne m’abandonnez pas, ayez pitié de moi ! Les Péchés. Entrons ! Entrons ! Les Vertus. Arrière ! Arrière ! Les Péchés. Mais, à genoux sur le seuil, la charité nous barre l’entrée. Le Diable. Sautez par-dessus, renversez l’autel, brisez la croix, détruisez l’église ! Faut-il donc que je vous prenne toutes ensemble et que je vous lance contre lui comme une poignée de cailloux ? Les Péchés. Recommençons ! Essayons !