Page:Gustave Flaubert - La Tentation de Saint-Antoine.djvu/367

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ANTOINE

rêvant. Que vais-je devenir maintenant ? La Logique. Puisqu’elles sont déjà venues, sans doute qu’elles reviendront ! Ne te désespère pas, les plus forts parfois faiblissent, et toi, quand tu faillirais quelque peu, tu n’es qu’un homme, après tout ! Il ne faut pas vouloir posséder la perfection. L’Orgueil lui chuchotant à l’oreille. Eh ! Eh ! La perfection ! Que te manque-t-il tant pour y atteindre ? La Logique. Car la perfection n’appartient qu’aux anges, et cette inaltérable pureté du coeur, que tu te désoles de n’avoir point, n’a pas éé concédée à la faiblesse de l’homme ; il faut qu’il vive dans l’incertitude avant d’acquérir la connaissance, qu’il flotte dans les ténèbres pour mieux aspirer à la lumière et en jouir plus délicieusement ensuite quand il l’aura. Voilà comme les bons jours succèdent aux mauvais, le désespoir aterne avec la joie ; souvent, quand on se croit près de périr tout à coup on est sauvé. Puis la sécheresse du coeur préserve l’esprit de la présomption, et, dénuée des jouissances de l’extase qui gratifient, dès ici-bas les dévotions heureuses, l’âme n’en conquiert que plus de mérites de ce qu’elle obtient moins de faveurs. Rassure-toi donc quand tu te sentiras vide, car au moment même où il te semble ne plus aimer Dieu, c’est peut-être alors que tu l’aimes davantage, ce tourment seul l’indiquerait ; repose-toi là-dessus, ne t’inquiète pas tant de l’avenir, Dieu le règle, tout arrive par son ordre ; les pensées qu’il fait naître en toi, c’est qu’il veut qu’elles y naissent, et puisqu’il est bon il ne peut t’induire dans le mal. Or tu ne peux supposer qu’il ne soit bon, car s’il était méchant il faudrait le haïr et non l’adorer ; mais puisqu’il est la bonté même et que tout émane de lui, il n’y a donc rien dans tout cela dont il faille avoir peur. La Science. Le vent s’est calmé, les cités sont loin, le désert partout s’étend autour de toi, et le sable sous la lune scintille comme