Page:Gustave Flaubert - La Tentation de Saint-Antoine.djvu/375

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


joies inconnues ! Comme l’esprit la chair est infinie, et, depus qu’ils la creusent, les fils d’ève n’en ont pas trouvé le fond. Arrive, arrive ! Regarde donc ! De ma poitrine pendent mes mamelles, comme un flot monte et s’abaisse mon ventre gras, à deux mains je manie mes chairs. Antoine veut fuir, l’adultère lui souffle au visage, la fornication l’étreint à bras le corps, l’immondicité, en face de lui, ricane d’un rire retentissant.

ANTOINE

éperdu. Au secours ! à moi ! Tout disparaît ! La terre tourne ! … hô ! Hâhh ! Il tombe en défaillance, le cochon pousse un cri, les ombres des péchés capitaux s’agitent sur les côtés. Antoine reste évanoui au premier plan. Une rue plantée de platanes ; à gauche, dans l’angle, une maison dont la porte entr’ouverte donne accès sur un couloir fermé par une barrière. On voit l’intérieur d’une petite cour ceinte d’un double rang de colonnes d’ordre dorique, supportant les logements du premier étage. Entre les colonnes, au fond, l’on entrevoit des portes vernissées d’une sorte de laque bleuâtre et piquées de marqueterie de cuivre. Par terre, au milieu de la cour, il y a des paniers, des coffres, des boîtes de toute grandeur. Vue de dos, agenouillée, une femme vêtue d’une tunique jaune sans manches semble s’occuper à y mettre différentes choses et à ficeler des paquets comme pour un voyage. à côté d’elle, debout, appuyée contre une colonne et la regardant faire, se tient une autre femme tout en blanc ; son vêtement sans ceinture, attaché aux épaules par une agrafe d’or, tombe à grands plis droits, et le bout de ses pieds passe dessous dans des sandales découvertes. Deux larges nattes blondes, tressées en losanges réguliers, lui partant du sommet du front, passent sur le milieu de ses oreilles et vont s’attacher derrière sa tête à un tortis de perles fines, d’où retombe en petites boucles tout le reste de sa chevelure. La Courtisane. Dépêche-toi, Lampito ! Tu n’auras point fini, il faut partir au petit jour, avant même que les matelots ne soient éveillés. La Femme à Genoux sanglote. C’est donc vrai, maîtresse ?