Page:Gustave Flaubert - La Tentation de Saint-Antoine.djvu/446

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


vers ta source ! Au delà des demeures du soleil, après la lune, derrière la mer de lait, nous voulons boire encore l’enivrement de nos immortalités, au son des luths, dans les bras de nos épouses, qui sont les filles mêmes de nos conceptions. Mais tu coules toujours, Gange aux vastes rives ! Un Dieu le corps tout couvert d’yeux, monté sur un éléphant à trois trompes, abrité par un arbre où se tiennent debout quatre paons : qui donc a fait cent fois le sacrifice du cheval pour me déposséder de mon empire ? Où êtes-vous, mes crépuscules jumeaux, qui trottiez sur vos ânes ? Où es-tu, feu, monté sur le bélier d’azur aux cornes rouges, toi qui rugissais comme un taureau ? Où es-tu donc, aurore au front vermeil, qui paraissais dans le ciel, retirant à toi le nuage sombre de la nuit, comme une danseuse qui s’avance, la robe retroussée sur son genou ? Je brillais d’en haut, j’éclairais le carnage, j’accordais la nourriture, j’effaçais les pâleurs. Mais est-ce donc fini maintenant ? La grande âme tout essoufflée expire comme une gazelle qui a trop couru. Une Déesse aux yeux noirs, debout sur un globe d’argent, coiffée de fleurs d’où sortent des rayons, vêtue d’une écharpe bleue où sont peints des animaux ; un collier de diamants, qui fait trois tours à son cou, passe sur ses poignets et se rattache à ses talons. De ses seins cerclés de bracelets d’or il jaillit du lait. De prairies en prairies, de sphères en sphères, de cieux en cieux, j’ai couru, j’ai fui. Elle arrive, la fausse beauté qui séduit les monstres. Je suis pourtant la richesse des âmes, la sève du printemps, la couleur du lotus, l’épi mûr, le flot tiède, la déesse aux longs sourires, qui se tient dans la gueule des vaches et se baigne dans la rosée. L’haleine des étables est devenue si épaisse que mes lampes en ont pâli, et les rizières dans leurs marécages se sont pourries sur pied. Ah ! J’ai trop cueilli de fleurs ! Ma tête est étourdie ! Elle trébuche, son voile s’envole.

ANTOINE

étonné. Tiens !