Page:Gustave Flaubert - La Tentation de Saint-Antoine.djvu/554

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Damis frappant aussi du pied.

En marche !

Apollonius regardant Antoine fixement.

Doutes-tu de moi ?

Damis menaçant.

Doutes-tu de lui ?

Sifflez, maître, le lion de Numidie, celui qui contenait l’âme d’Amasis.

ANTOINE.

Mon dieu ! Mon dieu ! Est-ce qu’ils vont me prendre ?

Apollonius.

Quel est ton désir ? Le temps seulement d’y songer…

ANTOINE

joignant les mains.

Je glisse ! Arrêtez-moi !… Apollonius.

Est-ce la science ? Est-ce la gloire ? Veux-tu rafraîchir tes yeux sur des jasmins humides ?

Veux-tu sentir ton corps s’enfoncer, comme en une onde, dans la chair douce des femmes pâmées ?

Se tenant la tête et criant douloureusement : oh ! Encore ! Encore !

Damis.

Oui, vraiment ! De la montagne entr’ouverte, les diamants vont couler. Sur la croix que voici, les roses vont fleurir. Les sirènes à croupe de nacre vont te caresser de leurs chevelures et te bercer de leurs chansons.