Page:Gustave Flaubert - La Tentation de Saint-Antoine.djvu/72

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Égypte, d’où il rapporta de grands secrets. Nous étions à Jéricho, quand il vint trouver le mangeur de sauterelles. Ils causèrent à voix basse, sans que personne pût les entendre. Mais c’est à partir de ce moment qu’il fit du bruit en Galilée et qu’on a débité sur son compte beaucoup de fables.

Ils répètent en tremblotant :

Nous l’avons connu, nous autres ! nous l’avons connu !

Antoine.

Ah ! encore, parlez ! parlez ! Comment était son visage ?

Tertullien.

D’un aspect farouche et repoussant ; — car il s’était chargé de tous les crimes, toutes les douleurs, et toutes les difformités du monde.

Antoine.

Oh ! non ! non ! Je me figure, au contraire, que toute sa personne avait une beauté plus qu’humaine.

Eusèbe De Césarée.

Il y a bien à Paneades, contre une vieille masure, dans un fouillis d’herbes, une statue de pierre, élevée, à ce qu’on prétend, par l’hémorroïdesse. Mais le temps lui a rongé la face, et les pluies ont gâté l’inscription.

Une femme sort du groupe des carpocratiens.
Marcellina.

Autrefois, j’étais diaconesse à Rome dans une