Page:Gustave Flaubert - La Tentation de Saint-Antoine.djvu/99

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lence complet des pythagoriciens. La douleur la plus imprévue ne m’arrachait pas un soupir ; et au théâtre, quand j’entrais, on s’écartait de moi comme d’un fantôme.

Damis.

Auriez-vous fait cela, vous ?

Apollonius.

Le temps de mon épreuve terminé, j’entrepris d’instruire les prêtres qui avaient perdu la tradition.

Antoine.

Quelle tradition ?

Damis.

Laissez-le poursuivre ! Taisez-vous !

Apollonius.

J’ai devisé avec les Samanéens du Gange, avec les astrologues de Chaldée, avec les mages de Babylone, avec les Druides gaulois, avec les sacerdotes des nègres ! J’ai gravi les quatorze Olympes, j’ai sondé les lacs de Scythie, j’ai mesuré la grandeur du désert !

Damis.

C’est pourtant vrai, tout cela ! J’y étais, moi !

Apollonius.

J’ai d’abord été jusqu’à la mer d’Hyrcanie. J’en ai fait le tour ; et par le pays des baraomates, où