Page:Guy de Maupassant - Une vie.djvu/131

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Jeanne, éperdue, balbutiait : « Père… Oh ! père ! » et la baronne, soulevée d’indignation, serrait le bras de son mari. « Mais empêchez-le donc, Jacques. » Alors brusquement le baron abaissa la vitre de devant, et, attrapant la manche de son gendre, lui jeta, d’une voix frémissante : « Avez-vous bientôt fini de frapper cet enfant ? »

Julien stupéfait se retourna : « Vous ne voyez donc pas dans quel état le bougre a mis sa livrée ? »

Mais le baron, la tête sortie entre les deux : « Eh, que m’importe ! on n’est pas brutal à ce point. » Julien se fâchait de nouveau : « Laissez-moi tranquille, s’il vous plaît, cela ne vous regarde pas ! » et il levait encore la main ; mais son beau-père la saisit brusquement et l’abaissa avec tant de force qu’il la heurta contre le bois du siège, et il cria si violemment : « Si vous ne cessez pas, je descends et je saurai bien vous arrêter, moi ! » que le vicomte se calma soudain, et, haussant les épaules sans répondre, il fouetta les bêtes qui partirent au grand trot.

Les deux femmes, livides, ne remuaient point, et on entendait distinctement les coups pesants du cœur de la baronne.

Au dîner Julien fut plus charmant que de coutume, comme si rien ne s’était passé. Jeanne, son père et Mme Adélaïde, qui oubliaient vite en leur sereine bienveillance, attendris de le voir aimable, se laissaient aller à la gaieté avec la sensation de bien-être des convalescents ; et, comme Jeanne reparlait des Briseville, son mari lui-même plaisanta, mais il ajouta bien vite : « C’est égal, ils ont grand air. »

On ne fit point d’autres visites, chacun craignant de