Page:Guy de Maupassant - Une vie.djvu/343

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’est pas destinée à être corrigée.


et dont le titre jînil par s’associer znd1’ssolu blemenlt là leur nom, . Sans dou te la Maison Tellier n’esl pasetsun livre pour les q jeunesjîlles, et le sujet senest scabreux c’est une étude N i poignante et profondément humaine, l, .l., e4 é”m" au “" lemme <1~te<wë-4 dal ! des PIM grands

’“"’ ’“ t" €’’’ ” "”*" "*

  • —’, f"""""’du l"’“” ’“"=€"’ë"’

eti s /t"“"F“l~" ·

J, e, il M La librairie Ollendorf a n ni l voulu faire de la Maison

~ 4, n Tellier une édition vrai* ~’ ?Ã’ ~ Q elin ment digne du maître. fr oe—, M SO d””l"’de

e René Lelong, dont

nAiii reproductions, sont

t e ’. pour les anneau

li/, elieî s, e, il lli une «~éoelanan. » est i’tt Q a au au nm, ,

É l ili[ »—l·=·g Jan jour, Z y a les n livres auxquels on s’altaf

M 4chei, e ; nz qu’an aime. Quand on n’a pas lu la Maison Tellier, il faut lalire, on veut la relire quand on l’a lue, et chacun, séduit par le luxe, le bon goût et le bon marché de l’édition nouvelle, voudra posséder cette Maison Tellier illustrée qui est tout ensemblelun cl7ey’·d’œuvre littéraire et un cl2ef-d’œuvre artistique. M’L