Page:Guyot-Jomard - Manuel breton-francais, 1863.djvu/48

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

Guel arze.

Hag hou hoér, klan é hoah ?

N’en dé ket hoah ollik en hé léh.

Neoah, é ha paud guel get hi.

Eurus-on a gement-sé.

Tant mieux.

Et votre sœur, est-elle en­ core malade ?

Elle n’est point encore tout-à-fait bien.

Cependant elle va beaucoup mieux.

J’en suis heureux.

II. DÉPART.

Red é d’ein mont kuit.

Red é d’emb hum zisparti.

Red é d’ein laret kenavo d’oh.

Kenavo bet distro.

Ne laran ket hoah kenavo d’oh.

Hou servitour.

Hou servitoures.

Nozeoh vad t’oh.

Groeit men grohémeneu d’hou hrer.

Reit a me newéted d’hou mam.

Boket d’hou pautr ém leh.

Laret, mar plij get n’oh, d’em mam é on iah pesk.

Il faut que je m en aille.

Il faut nous séparer.

Il faut que je vous dise adieu.

Adieu jusqu’au revoir.

Je ne vous dis pas encore adieu.

Votre serviteur.

Votre servante.

Bonne nuit.

Faites mes amitiés à votre frère.

Donnez de mes nouvelles à votre mère.

Embrassez pour moi votre fils.

Dites, s’il vous plaît, à ma mère que je me porte à mer­veille.

III. DEMANDER ET REMERCIER.

M’hou ped de brestein d’ein ur belik.

Ia, get plijadur.

Me mes ur blijadur de houlen get n’oh.

Je vous prie de me prêter un bassin.

Oui, volontiers.

J’ai un plaisir à vous de­mander.