Page:Guyot - Les principes de 89 et le socialisme.djvu/238

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



M. Gabriel Deville, le théoricien du marxisme français et du guesdisme, a consacré, dans son Aperçu sur le socialisme scientifique, qui précède une traduction d’un résumé du Capital de Karl Marx, tout le chapitre V à développer cette proposition qui en forme le titre : Impuissance de toutes les méthodes pacifiques.

La seule transformation à poursuivre est la transformation du mode de propriété.

Par quels moyens ? L’instruction ? Oui. Mais pourquoi ?

Si l’éducation de la classe ouvrière peut la pousser à employer la force pour hâter la solution nécessaire, elle est incapable de suppléer à cet emploi.

De même le suffrage universel. À quoi doit-il servir ?

Si l’on doit user du suffrage universel, puisqu’il existe, il ne faut lui demander que ce qu’il peut donner. Qu’il serve à réparer le mal causé par la fusion politique du prolétariat et de la bourgeoisie, en formant, en dehors de tous les partis bourgeois, l’armée de la révolution sociale.

Le moyen de hâter, à l’aide du suffrage universel, cette formation de l’armée ouvrière, c’est la candidature de classe, continuant en politique la guerre de classe.

M. Gabriel Deville termine son chapitre en disant :