Page:Hérodote - Histoire.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de la ville. Ils arrivèrent près du temple de Minerve Pallénide[1], et ce fut en face de ce temple qu’ils assirent leur camp. Là, un devin acarnanien, nommé Amphilyte, inspiré par les dieux, vint se présenter à Pisistrate, et, l’abordant, lui dit cet oracle en vers hexamètres : « Le filet est jeté, les rets sont tendus : la nuit, au clair de la lune, les thons s’y jetteront en foule. »

LXIII. Ainsi parla le devin, inspiré par le dieu. Pisistrate, acceptant l’augure, fit incontinent marcher son armée. Les citoyens d’Athènes avaient déjà pris leur repas, et se livraient les uns au jeu de dés, les autres au sommeil. Pisistrate, tombant sur eux avec ses troupes, les mit en déroute. Pendant la fuite, il s’avisa d’un moyen très-sage pour les tenir dispersés et les empêcher de se rallier. Il fit monter à cheval ses fils, et leur ordonna de prendre les devants. Ils atteignirent les fuyards, et les exhortèrent de la part de Pisistrate à se rassurer et à retourner chacun à ses affaires.

LXIV. Les Athéniens obéirent ; et Pisistrate, s’étant ainsi rendu maitre d’Athènes pour la troisième fois, affermit sa tyrannie par le moyen de ses troupes auxiliaires, et des grandes sommes d’argent qu’il tirait en partie du pays même, et en partie du fleuve Strymon. Il l’affermit encore par sa conduite avec les Athéniens, qui avaient tenu ferme dans la dernière action, et qui n’avaient pas sur-le-champ pris la fuite. Il s’assura de leurs enfants, qu’il envoya à Naxos : car il avait conquis cette ile, et en avait donné le gouvernement à Lygdamis. En outre, il purifia l’ile de Délos, suivant l’ordre des oracles. Voici comment se fit cette purification : de tous les lieux d’où l’on voyait le temple, il fit exhumer les cadavres, et les fit transporter dans un autre canton de l’ile. Pisistrate eut d’autant moins de peine à établir sa tyrannie sur les Athéniens, que les uns avaient été tués dans le combat, et que les autres avaient abandonné leur patrie et s’étaient sauvés avec Mégaclès.

LXV. Tels étaient les embarras où Crésus apprit que se trouvaient alors les Athéniens. Quant aux Lacédémoniens, on lui dit que, après avoir éprouvé des pertes considérables, ils prenaient enfin le dessus dans la guerre contre les Tégéates. En effet,

  1. Ainsi nommée parce qu’elle avait un temple dans le bourg de Pallène.