Page:HM BrackenridgeHist. guerre USA angleterre V1,1820.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


gués le 8 janvier 1793, en assurèrent l’exécution la plus stricte, et devinrent la source de vexations sans nombre pour le commerce américain. Mais ils étaient encore tolérables comparativement à ceux du 6 novembre suivant, qu’on délivra secrètement aux croisières anglaises, et qui les autorisaient à capturer tout navire chargé des produits d’aucunes colonies françaises, ou portant des provisions ou des renforts aux dites colonies. Tous nos négociants, d’un accord unanime, s’exprimèrent dans les termes les plus forts contre une mesure si perfide, si tyrannique, et qui portait un coup si funeste à notre commerce. La guerre de la révolution n’était pas oubliée  ; celle que nous faisaient les Sauvages et dont on ne connaissait que trop les instigateurs, était dans toute sa force : de pareils procédés étaient sans doute peu propres à nous faire nourrir des dispositions amicales envers l’Angleterre : aussi la guerre fut-elle demandée de toutes parts, et il fallut toute la fermeté de Washington pour résister au vœu général. Ce grand homme avait pris pour règle de sa conduite de se tenir éloigné de la politique de l’Europe, et surtout de ne point s’engager dans les guerres qui la désolaient  ; en conséquence il se borna