Page:HM BrackenridgeHist. guerre USA angleterre V1,1820.djvu/309

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ger, il resta encore quelque temps à croiser sur les côtes d’Irlande, puis il revint sur le banc de Terre-Neuve où il fit deux prises. Enfin, le 25 septembre, aux atterrages d’Amérique, il captura d’une manière assez singulière la goélette la High-Flyer, aviso de l’amiral Warren. Cette goélette en s’approchant du Président hissa un pavillon auquel la frégate américaine répondit par un autre qui, par hasard, se trouva précisément celui que les Anglais avaient ce jour là pour signal de reconnaissance. De suite la goélette, croyant avoir affaire à une frégate amie, s’approcha de très-près, et fut amarinée. Le commodore Rodgers trouva à bord de ce petit navire les instructions secrètes de l’amiral Warren ; ce qui le mit à même d’éviter les escadres anglaises qui croisaient sur nos côtes : aussi le lendemain entra-t-il sans coup férir à Newport.

La frégate le Congrès, après avoir été séparée du Président, continua sa croisière jusqu’au 12 décembre, époque à laquelle elle rentra heureusement à Porstmouth, New-Hampshire elle était restée tout ce temps principalement sur les côtes de l’Amérique du Sud, ou elle avait capturé un grand nom-