Page:Hafiz - Quelques Odes, traduction Nicolas, 1898.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— XI —

en rejetant en note, presque à chaque phrase, une explication longue et par suite pénible, serait imposer aux lecteurs une double fatigue à laquelle aucun d’entre eux ne voudrait se soumettre ; paraphraser d’une façon générale et continue serait s’attirer le qualificatif de traditore du proverbe italien ; j’ai pensé devoir user avec ménagement de l’une et de l’autre méthode ; j’ai employé ou j’ai cru employer le moins de mots possible pour rendre le sens complet ; mais je crains que mes forces ne m’aient trahi et que je m’attire par là les reproches des deux écoles que j’ai tenté de concilier dans cet humble essai.

A.-L.-M. NICOLAS.